retour la chronique du Président

 

Vous avez dit : " ACCESSIBILITÉ ?

Depuis la loi de compensation du handicap du 15 février 2005, le mot ''accessibilité'' a pris une importance considérable. Car la situation de handicap est surtout due à l'inaccessibilité qui rend les personnes moins valides encore plus handicapées.

Mais qu'est-ce qui provoque cette inaccessibilité ? C'est bien sûr la configuration des lieux dans lesquels nous circulons : les rues, les bâtiments, tous les espaces publics ou privés. Mais n'y a-t-il que la configuration des lieux ? Nos compatriotes ne participent-ils pas à cette inaccessibilité par des comportements égoïstes et peu civiques.

Si la circulation sur nos trottoirs n'est pas facile parce que la rue est pentue, si nos déplacements sont perturbés par la géographie urbaine, il n'y a pas que ces problèmes souvent naturels qui gênent. Les mobiliers urbains mal placés par des techniciens peu enclins à assurer notre sécurité, ou par des commerçants plus préoccupés de leur publicité que des difficultés qu'ils créent à tous les piétons en situation de handicap naturel. Et celles et ceux qui encombrent ces trottoirs en y laissant des poubelles, en y stationnant leurs véhicules ou leurs vélos. C'est en fait tout un chacun qui participe à rendre plus difficiles les déplacements de tous. Elles ou ils oublient qu'un jour le handicap peut les atteindre. Ce ne sera plus le moment de récriminer après les agissements des autres qui ne seront simplement que les leurs d'aujourd'hui.

Nos élus municipaux ont pour mission de gérer nos communes afin que tous puissent y vivre en toute sécurité, mais cette sécurité passe par l'accessibilité totale qu'ils doivent à leurs administrés. Il semble que cette notion d'accessibilité ne soit, pour l'instant, qu'une contrainte réglementaire et non une philosophie positive indispensable au bien de toutes et tous. Dommage qu'une certaine inertie préside aux décisions en la matière. La loi a cinq ans, que de temps perdu à tergiverser !

Je demande à tous mes concitoyens de participer à l'action positive indispensable qui consiste à respecter les règles simples qui permettent à tous de vivre en harmonie. Pensez que vous aussi vous aurez plus tard à affronter les difficultés de l'âge ou, -hélas pour certains-, les handicaps qui amoindrirons votre autonomie. Celles et ceux qui en sont affectés actuellement seront heureux de vos efforts à leur améliorer leur quotidien.

Le président de l'Union Nationale des Moins Valides :Jean GREZAUD