retour accueil

La "S N C F " Super Prix Citron !


Article paru dans la ''lettre d'information sur l'Accessibilité'' de juillet 2007, éditée par le Ministère de l'Ecologie, du Développement et de l'Aménagement Durables


Pour être certaine d'avancer à bon escient, et pour s'assurer que chaque euro dépensé le soit pour des solutions efficaces, la SNCF a fait le choix d'une démarche Accessibilité construite, d'étape en étape, sur l'écoute et l'échange avec les personnes handicapées. Ces échanges menés par la Délégation à l'Accessibilité, ont mis en évidence la complexité de la notion de cheminement dans une gare. C'est pourquoi la SNCF a décidé de mettre en place le service Accès Plus. Ce service est conçu pour apporter aux personnes handicapées une organisation sereine tout au long de leur voyage, depuis leur gare de départ jusqu'à leur gare d'arrivée ainsi que dans le train. Accès Plus est un service gratuit à la personne, destiné aux titulaires d'une carte d'invalidité d'au moins 80%, d'une carte " réformé / pensionné de guerre" ou présentant un handicap avéré.

En utilisant le service Accès Plus, nos clients handicapés peuvent recueillir toutes les informations nécessaires au bon déroulement de leur voyage, réserver leur titre de transport et la prestation d'accueil et d'accompagnement adaptée à leur besoin. Le Centre de Service Accès Plus peut être joint (au moins 48h avant le départ), par téléphone au 0890 640 650 (0,11 € TTC/min), par fax au 0825 825 957, par mail: accesplus@sncf.fr ou par les sites Internet: www.voyages-sncf.com voyageurshandicapes ou www.accesplus.sncf.com

En cas de difficulté imprévue ou d'incident durant le voyage, nos clients handicapés peuvent contacter le service :
" Urgence Accessibilité" de 7hOO à 22h00 au 0890 640 650
ou par SMS au 0610 640 650 (prix d'un SMS).
Marie-Christine Cottin
Déléguée à l'Accessibilité

Il faut remarquer que la SNCF, qui avait entrepris des ''essais'' en gare de Paris Montparnasse, sous l'égide des ''experts'' du CNPSAA , ceux-là même qui avaient organisé les ''essais'' de messages sonores des répétiteurs de feux piétons à Paris et à Nantes, n'a pas suivie les conseils douteux de ces ''experts''.

Dans ma ''lettre ouverte à Madame IDRAC'' j'avais indiqué pourquoi le seul moyen de guider les personnes handicapées dans les gares était l'accompagnement humain de qualité. Espérons que ce sera le cas. Comme le faisait remarquer un de mes correspondant " Enfin le bon sens triomphe ".

En fait, ce communiqué n'était qu'un effet d'annonce car il est hors de question de s'occuper d'une personne handicapée qui ne part pas d'une gare ''spécifique'' pour se rendre à une autre gare ''spécifique'' du service accès plus. De même on ne s'occupe pas de bout en bout du voyage s'il passe par un changement de gare parisienne. Dans ce cas c'est à la personne handicapée à se débrouiller seule pour l'acheminement de gare à gare.

Essayez d'aller de Fécamp à Villars les Dombes en demandant à ACCES PLUS de s'occuper de votre voyage. Hors de question. Le seul changement est que vous avez un seul numéro d'appel que vous ne pouvez pas atteindre avec les forfaits des opérateurs de téléphonie. Une arnaque de plus.

Mais le désintérêt de la SNCF pour les personnes handicapées va beaucoup plus loin. Nous avons signalé les dangers pour les personnes handicapées visuelles occasionnés par les divers escaliers ou escalators dont les dessous et le flan constituent de obstacles non décelables à la canne en expliquant les moyens pour éviter cette situation. Et le pire c'est que ces moyens que nous avons fait mettre en place sont situés aux sortie d'une gare, mais sur le domaine du ''Grand Lyon'', la gare de Lyon Perrache. Il était donc facile pour les responsables locaux de la SNCF de faire une centaine de mètres pour se rendre compte de la facilité d'apporter une sécurité maximale dans leur propre gare. Le dispositif pouvait même être fabriqué et poser par les ateliers de la SNCF. Et ce système, sans doute trop simple, qui pourrait être utilisé partout, la SNCF s'en fout.

Mais le plus étonnant est que cette entreprise, que je connais bien pour y avoir passer quarante ans, pousse plus loin son mépris des personnes handicapées. Voici un exemple précis

Le 28 septembre 2006

Monsieur le Directeur,
Je reçois par courriel un exposé du problème qu'a eu à subir une personne aveugle qui a voulu acquérir un billet lors de la vente promotionnelle à 5 euro. (copie jointe) - Ce billet lui avait été refusé parce que la personne qui filtrait les voyageurs lui avait refusé la validité de sa carte de priorité et renvoyé à un distributeur automatique qui ne délivrait pas les billets en promotion.

L'attitude discriminatoire de votre personnel est tout à fait évidente et je vous demande ce que vous proposer pour réparer le préjudice subi par Monsieur J. victime de cette discrimination.

Réponse du Directeur régional de LYON (un extrait)

Il n'est pas possible pour des promotions très limitées dans le temps (les billets ont été vendus en une heure), d'accepter des ''priorités'' alors que des personnes ont attendu plusieurs heures pour accéder à cette offre.

Ce qui se conclu par : les ventes promotionnelles de la SNCF ne sont pas destinées aux personnes handicapées.

Et j'apporte une autre remarque de poids, l'UNMV et le GNABHV ont adressé ensemble plus de vingt lettres pour signaler des problèmes dont des personnes handicapées ont été victimes sans jamais avoir la moindre réponse. Il me semble que lors de carrière dans cette entreprise, la politesse voulait que toutes les lettres reçues aient une réponse. C'était une marque de ''savoir vivre''.

Une entreprise de cette envergure qui ne tient pas compte de l'expérience des associations de personnes handicapées pour améliorer ses services est une entreprise dangereuse. Bien sur, on va nous rétorquer qu'elle s'adresse au CNPSAA. Mais ce ''syndicat des entreprise vivant de la cécité'' est-il en mesure d'apporter les bonnes solutions alors que tous les aveugles ont bien compris qu'il n'entend pas donner trop de facilités à leur mobilité, craignant que l'amélioration des conditions de déplacement nuise à leur ''commerces''.

De plus, la complexité de la gestion interne de la SNCF fait que la Mission handicap, qui n'a pas pouvoir pour les modifications techniques, a un budget de fonctionnement qui doit être dépensé si elle veut qu'il soit reconduit pour l'exercice suivant. Alors faisons des actions symboliques comme celle de la gare Montparnasse alors que toute personne un tant soit peu intelligente était tout à fait capable de comprendre qu'il n'y avait que l'accompagnement humain pour guider une personne handicapée dans les dédales complexes d'une gare.

D'un coté une ''Mission handicap'' qui n'a d'autres fonctions que de tenir des stands dans les salon réservés aux handicaps et de l'autre des services commerciaux ou techniques qui n'ont que faire de la sécurité des voyageurs handicapés.

Voilà pourquoi il faut attribuer le SUPER PRIX CITRON à la SNCF.