retour accueil;

Le Chef de Cabinet
Du Président de la République

Monsieur Jean GREZAUD
Président de l'Union Nationale
des Moins Valides
Les Prairies
69850 DUERNE

Paris, le 31 janvier 2011

Monsieur le Président,
                Le Président de la République a bien reçu la correspondance que vous lui avez adressée, au nom de l'Union Nationale des Moins Valides. Il m'a confié le soin de vous répondre et de vous confirmer que la question du handicap reste au cœur de ses priorités.
Vous avez notamment appelél'attention du Chef de l'Etat sur les conditions de mise en œuvre de la loi relative à l'égalitédes droits et des chances, la participation et la citoyennetédes personnes handicapées, du 1l février 2005, notamment en ce qui concerne les dispositions prévues dans ce texte en matière d'accessibilité.
A cet égard, soyez convaincu de la détermination du Gouvernement à déployer les moyens nécessaires afin de donner un nouvel élan à la politique menée sur ce sujet.
Ainsi, en premier lieu, pour tenir l'objectif extrêmement ambitieux de rentre la citétotalement accessible à toutes formes de handicap d'ici à 2015, il a été décidé de resserrer le calendrier des diagnostics des établissements recevant du public (ERP).
En second lieu, des aides financières ont été mises en place pour inciter les acteurs locaux et les entreprises. En 2010, l'AGEFIPH a pu financer jusqu'à 90% des coûts de travaux de mise en accessibilité des entreprises
En troisième lieu, afin de mieux piloter et accompagner ce chantier, le Gouvernement a créé, le 11 février 2010, un observatoire interministériel de l'accessibilité et de la conception universelle, dont les missions sont d'évaluer l'accessibilité, d'identifier les obstacles à la mise en œuvre de la loi et de constituer un centre de ressources à la disposition de l'ensemble des partenaires.
Enfin, des journées territoriales de l'accessibilité ont été organisées en 2010 par les préfets pour réunir et mobiliser les acteurs locaux, publics et privés, en vue de dresser un constat partagé de l'état d'accessibilité du territoire départemental, de repérer et valoriser les bonnes pratiques et d'identifier les éventuelles difficultés de mise en œuvre.
Je puis donc vous assurer de toute l'attention portée à votre intervention. Croyez bien que Monsieur Nicolas SARKOZY est conscient du chemin qu'il reste à parcourir afin que les personnes handicapées bénéficient des mêmes conditions de vie que les personnes valides, mais il est résolu à poursuivre son action pour être au rendez-vous des engagements pris pour 2015.
Je vous prie d'agréer, Cher Monsieur, l'expression de mes sentiments les meilleurs.

Guillaume LAMBERT

 

LES COMMENTAIRES

C'est une constatation consternante que vous pouvez faire comme moi : le langage détourné pour nous faire croire que tout est bien, tout a été prévu par notre Président et nous devrions en être satisfaits.

Sur le terrain, dans la vie de tous les jours, nous pouvons constater que ces belles paroles sont bien loin de se retrouver dans les actes. Entre les promesses du Président et les réalités il y a la volonté de certains technocrates et le laxisme de nombreux élus et fonctionnaires territoriaux.

Les handicapés ne sont pas dangereux, ils ne peuvent pas manifester violemment pour se faire entendre, la justice ne leur donne que rarement raison dans leurs actions pour faire respecter leurs droits élémentaires, alors pourquoi les écouter ?

Comme je l'ai déjà dit, l'accessibilité n'a de sens pour les personnes qui ont à la mettre en œuvre que pour ce qui concerne les marchés qu'elle entraîne et les retombées qu'elles peuvent en attendre. Alors on ne prend pas les mesures souhaitées par les utilisateurs, mais celles qu'on invente puisqu'on est sensés être les mieux placés pour définir ce que les handicapés ont besoin. Ce sont des handicapés alors que nous, nous avons tous nos moyens. Et après tout, ils n'ont qu'à se contenter de ce qu'on a fait, c'est mieux que rien !

Il y a encore un nombre important de batailles à préparer pour être entendus ! Vous trouverez sur notre site, dès la fin de l'été, une liste qui comprendra les noms des parlementaires qui nous ont aidés en posant nos questions ou en intervenant, mais aussi les noms de ceux qui nous ont ignorés. Et vous allez avoir des surprises !