retour accueil
 

UNION NATIONALE DES MOINS VALIDES

Siège social : La Maison pour tous 249, rue Vendôme 69003 Lyon

Membre du Groupement National des Associations Bénévoles du Handicap Visuel


Le 15 décembre 2010

Monsieur le Président de la République,

C'est dommage que chaque fois que je m'adresse à vous, la personne responsable du courrier le transmette à un ministre qui le transmet lui-même à un secrétaire d'état chargé de répondre et qui ne répond jamais. Ce que j'ai à vous dire est quand même important, surtout pour les personnes handicapées.

La loi 2005-102 du 15 février 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées avait donné des espoirs quant aux solutions des problèmes de l'autonomie que les intéressés souhaitaient. En effet, l'article 45 leur promettait une chaîne du déplacement sans interruption.

Plus de cinq années se sont écoulées et le constat est amer. L'accessibilité est sans cesse remise en cause et recule à chaque nouvelle invention des fonctionnaires des services normalement chargés de l'améliorer.

Il semble que ces fonctionnaires de la Délégation ministérielle à l'accessibilité et du Centre d'Etudes sur les Réseaux, les Transports, l'Urbanisme et les constructions publiques aient reçu du gouvernement la mission humiliante et dégradante de trouver tous les moyens possibles pour réduire au minimum les déplacements en ville des personnes handicapées. Les responsables politiques de certaines de nos villes doivent sans doute considérer que la circulation des handicapés crée une pollution urbaine.

Pour preuve la multiplication des systèmes qui compliquent la compréhension des indications de circulation pour les aveugles, les enfants et les handicapés mentaux légers qui ont enregistré une pratique de la rue sans cesse remis en cause, par l'implantations de zones dans lesquelles on supprime les passages piétons, par l'équipement des carrefours de messages codés multiples peu compréhensibles et désagréables, considérés comme dangereux par la Déléguée ministérielle à l'accessibilité et cependant imposés.

J'avais cru comprendre dans un message que vous aviez prononcé il y a quelques années, que vous vouliez faire de l'accessibilité pour les handicapés un chantier primordial de votre quinquennat. Il apparaît que c'est surtout un chantier destructeur. Votre nouveau gouvernement aura sans doute d'autres préoccupations mais nous saurons nous souvenir de ses résultats.

Je vous rappelle que dans une lettre du 28 mars 2007, le candidat Nicolas SARKOZY disait : Votre demande d'instaurer des messages parlés différenciés pendant les deux phases, compte tenu du danger que pourrait représenter la normative actuelle, retient toute mon attention.

Je peux donc vous assurer que je ferai étudier cette question, dans ses aspects les plus concrets, et dans l'unique but de garantir la plus grande sécurité aux personnes atteintes d'un handicap visuel. Car je partage pleinement votre souci légitime que les personnes aveugles et handicapées visuelles puissent jouir pleinement d'un accès facilité à l'espace public, que ce soit par l'abaissement des bordures de trottoirs, les bandes d'éveil de vigilance sur les trottoirs, les bandes de guidage sur chaussée ou les répétiteurs de feux de circulation.

Comme une lettre adressée au Président de la République concerne tous les Français, elle sera diffusée sur internet et placée sur notre site, ainsi que votre réponse. Je vous prie d'agréer, Monsieur le Président de la République, l'expression de ma considération citoyenne.

Le président

Jean GREZAUD