retour accueil


Rue de l'Avenir

Pourquoi il ne faut pas tracer de ''passage piéton'' sur les voies de desserte

Les passages piétons peints au sol ont pour vocation de permettre aux piétons de traverser lorsque le flux de voiture est important, car autrement ils ne pourraient jamais le faire. C'est le cas d'un carrefour où se croisent deux artères ou d'une voie de desserte croisant une artère. S'il s'agit d'un cas intermédiaire (voie de distribution), les élus doivent choisir : gérer cette voie comme une artère ou, ce qui est le plus souvent préférable, comme une voie de desserte.

 

D'autres marquages existent pour répondre aux attentes de certains usagers : les marquages indicatifs réalisés avec des pictogrammes. Ils ont déjà fait leurs preuves en France comme à Chambéry

Les passage piétons (PP) se sont multipliés, même là où on n'en avait pas besoin, c'est-à-dire dans les rues de quartier. Cette situation a donné du confort à la circulation motorisée car les automobilistes ont été habitués à voir des piétons sur ces passages et pas ailleurs. C'est un contexte dont il faut tenir compte, mais qui n'exclut pas le changement.

On dit que les mentalités ne changeront pas. Les mentalités font partie de notre culture et il faut parfois une génération pour qu'elles changent. Fort heureusement, il ne s'agit pas ici de mentalités, il s'agit d'habitudes et l'on sait que les habitudes peuvent changer assez vite. On ne fume plus dans les lieux publics. Avec la sortie du Code de la rue, le temps est venu de mettre en pratique d'autres habitudes du côté des aménageurs, afin de créer d'autres habitudes pour les automobilistes.

On dit parfois qu'il faut des PP même en zone 30 " au nom de la sécurité ", bien qu'il soit recommandé de ne pas le faire. On se trompe. On perpétue les vieilles habitudes si l'on trace des PP dans des zones 30. On envoie un message aux automobilistes : rien n'a changé, les piétons doivent toujours se plier à la circulation automobile. Mais à l'inverse, si les automobilistes savent qu'ils peuvent rencontrer des piétons n'importe où, ils vont être plus vigilants. Au début, peut-être faudra-t-il surveiller le fonctionnement. La police municipale est là pour ça, pourvu qu'on fasse l'effort d'expliquer aussi aux policiers que les temps changent.

Quand le CERTU recommande de ne pas tracer de PP en zone 30, il s'agit d'un tout cohérent, et non d'un catalogue où chacun pourrait choisir tel ou tel aménagement, par exemple faire une zone 30 avec PP. Le résultat escompté ne pas serait au rendez-vous. Avec la généralisation des zones 30 à la quasi-totalité des quartiers, c'est donc une bonne pratique de ne pas tracer de PP normalisé dans les quartiers.

COMMENTAIRES

Le prétexte que les automobilistes analyse le passage piétons actuel comme un lieu où les piétons traversent et donne du confort à la circulation motorisée ne tient pas car les passages que préconise le CERTU, avec une chaîne de monogrammes, aura le même effet que les bandes actuelles qui permettent aux chiens guides de trouver la traversée. Faudra-t-il rééduquer tous les chiens pour satisfaire aux stupidités énoncées dans ce texte ?

Avenir bien sombre pour les aveugles qui, non seulement ne pourront toujours pas voir, mais qui seront délibérément privés de leurs repères, leur interdisant des déplacements libres et sécurisés. Il est évident que nous serons de plus en plus attentifs aux dérives discriminatoires préconisées par le CERTU et les associations qui se rendent coupables des mêmes élucubrations, même si nous devons mener des actions en justice pour faire respecter les droits des piétons aveugles par les municipalités qui suivront ces conseils alors que le gouvernement, dans sa réponse à la question 29269 posée à l'assemblée nationale, à notre demande, par Madame Odette DURIEZ précise que dans le décret du 30 juillet 2008 ''aucune disposition dans ce décret ne prévoit de supprimer les feux, les trottoirs ou les passages pour piétons dans les zones 30. Pour les piétons, le trottoir reste bien distinct de la chaussée, avec toujours des passages protégés pour traverser la rue.

Les responsables de l'autorité de police dans la commune sont donc avertis de l'imminence de nos actions. Le décret doit être appliqué et non les ''préconisations'' d'un CERTU qui n'aura aucune responsabilité dans ce domaine