ROUEN HOSTILE aux AVEUGLES


Le 24 octobre dernier, la municipalité de Rouen invitait les associations de personnes malvoyantes afin qu'elles s'expriment sur les besoins de leurs adhérents, du moins c'est ce qui leur avait été annoncé. En fait, elles ont été mise devant le fait accompli : la municipalité allait installer dans la ville des répétiteurs de feux piétons pour indiquer l'état du feu aux aveugles sans tenir compte des observations de leurs représentants.

Bien que la circulaire interministérielle 2000-51 préconise de demander l'avis des utilisateurs, la municipalité actuelle avait, contrairement à la précédente, opté pour des installations qui ne satisfont pas les utilisateurs aveugles de la voirie urbaine, pire, qui les mettent en danger. Il en est de même de l'Agglo de Rouen qui utilise les mêmes installations.

Ces répétiteurs de feux piétons étaient, sous l'ancienne équipe municipales, des matériels du système É-O Guidage qui délivraient des messages parlés sur les deux phases du feu piétons. Parfaitement audibles, le déclenchement par télécommande à 10 mètres permettait à l'aveugle de localiser facilement le début de la traversée du passage. Les informations complémentaires que délivrait le message sur la phase rouge piétons, phase d'attente, étaient précieuses pour permettre à l'utilisateur de bien situer sa traversée. Bref, c'était du matériel fiable et sécurisant que de nombreuses villes, même dans l'Agglo de Rouen, utilisent à la satisfaction des handicapés visuels tel que Serge RICOEUR, notre correspondant départemental pour la Seine Maritime.

Les matériels imposés par cette nouvelle équipe municipale n'ont rien de sécurisant, fournis par un fabricant qui ne sait pas qu'un aveugle ne voit pas. En effet, le déclenchement du message ne se fait que si l'aveugle est à deux mètres du poteau, et il faut donc que l'aveugle trouve ce poteau. D'autre part, la municipalité a fait installer les messages prévus dans un arrêté du 8 avril 2002, avec un message codé sur la phase du vert dont la sonorité est très proche de l'avertisseur du tram, d'où risque de confusion. Mais ce signal sonore est dangereux et le 27 septembre 2004, la déléguée ministérielle à l'accessibilité a décidé qu'il ne serait pas installé dans les traversées et carrefours difficiles, justement là où il serait le plus utile. Mais l'article 45 de la loi 2005-102 du 11 février 2005 fait obligation de ne pas interrompre la chaîne du déplacement, donc d'avoir des répétiteurs dans toutes les traversées piétonnes. Et il n'y a que les messages parlés sur les deux phases du système É-O Guidage qui permettent d'équiper toutes les traversées.

Ainsi, alors que les représentants de toutes les associations ont demandé des messages parlés, ROUEN et l'AGGLO de ROUEN continuent à ne pas écouter les aveugles.

Par une lettre adressée le 30 octobre dernier à sa permanence parlementaire, j'ai expliqué le problème à Madame FOURNEYRON, je n'ai pas eu la moindre réponse. Je crois vraiment que la nouvelle municipalité de ROUEN est hostile au handicap visuel. A moins qu'il n'y ait un autre motif moins avouable, totalement étranger à l'accessibilité des handicapés. L'article 45 de la loi 2005-102 du 11 février 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées est cependant à appliquer. A ROUEN comme de partout.

A

Madame FOURNEYRON
Députée Maire
ROUEN

Le 30 octobre 2008

 

Madame la Députée Maire,

Une réunion a été organisée par Monsieur FOUBERT qui a convoqué les représentants des diverses associations de handicapés visuels, dont Monsieur Serge RICOEUR notre délégué départemental. Le sujet de cette réunion était les répétiteurs de feux piétons à destination des aveugles. En fait, bien que la circulaire 2000-51, du 23 février 2000, recommande de prendre avis des intéressés pour les équipements qui leur sont destiné, les participants ont été mis devant le fait accompli : les équipements de la ville ne seront pas ceux qu'ils demandaient et que réclament partout les utilisateurs aveugles de la voirie urbaine.

Le matériel que les aveugles plébiscitent est celui de la marque E. O. Guidage, bien supérieur en qualité et en technicité à tous ceux qui sont sur le marché actuellement. Ce matériel avait été choisi par les municipalités précédentes à la satisfaction des usagers. Il semble que vous ayez négligé de prendre les renseignements utiles auprès des intéressés.

L'autonomie et la sécurité de ces personnes sont de plus en plus aléatoires par le non respect de leur citoyenneté et c'est très grave pour l'avenir. Aussi, je vous demande de revenir à des équipements plus conformes à leurs attentes. Une jurisprudence de 2000, du tribunal d'Annecy précise que les aveugles ont tout à fait le droit d'exprimer leur préférence en ce qui les concerne.

Je pense qu'en votre qualité de médecin vous êtes plus réceptive à une demande sécuritaire qui permettrait aux aveugles de circuler dans votre ville et l'Agglo de Rouen sans le stress permanent qui les habite actuellement en fonction des installations inconvenantes proposées.

Je vous demande de m'indiquer ce que vous allez décider pour le bien de tous.

Je vous prie d'agréer, Madame la Députée Maire, l'expression de mes respectueux hommages.

Le président Jean GREZAUD

Accueil