La révision de la norme

 

Le 20 août 2007

L'UNMV a pour objectif l'amélioration de l'accessibilité sous toutes ses formes. Etant à l'écoute de tous les types de handicaps, nous étudions les problèmes en fonction de toutes les difficultés rencontrées par toutes et tous. C'est cette analyse totale de tous les risques et tous les besoins de toutes les personnes concernées qui nous permet de trouver des solutions acceptables par tous.

Nous avons su que la norme des bandes d'éveil de vigilance dites bandes podotactiles était en révision. Nous n'avons pas été contactés pour faire part de nos observations, pourtant Madame DEJEAMMES nous connaît bien. Nous avons donc décidé de transmettre nos remarques directement à l'AFNOR. Cet organisme qui valide les normes nous a répondu en raison de l'intérêt qu'il portait à nos points de vue.

Le CERTU a reçu copie de nos arguments et de la lettre de l'AFNOR. Madame DEJEAMMES ne tient pas à nous associer à ce projet.

Je mets comme d'habitude à la suite et en pièce jointe le dossier dont je viens de vous exposer la trame.

Le président Jean GREZAUD

Le 28 avril 2006

Monsieur le Directeur,

J'ai appris que le CERTU, (Centre d'Etude sur les Réseaux, les Transports, l'Urbanisme et les constructions) avait élaboré un avant projet de révision de la norme des bandes d'éveil de vigilance PR NF P98-351, si mes informations sont exactes.

L'UNMV n'a pas été contactée pour cette étude, mais comme nous travaillons sur l'amélioration de l'autonomie des personnes handicapées ou vieillissantes en étroite collaboration avec d'autres associations, ces dernières nous ont informées.

Le CERTU, nous semble-t-il, a commis l'erreur de ne s'intéresser à la bande d'éveil de vigilance dite bande podotactile que sur les réactions des personnes handicapées visuelles. Ces bandes d'éveil sont placées sur les trottoirs et concernent donc tous les piétons.

Notre avantage est de nous occuper de tous les types de handicaps.


Que la largeur des bandes soit remise en cause, nous sommes de cet avis. Il faut une bande plus large. Devant les entrées des bouches de métro, la ville de PARIS a placé une bande d'éveil d'une largeur égale à une bande et demie. C'est, nous le pensons, une largeur acceptable. Mais il faut aussi que les bossages de ces bandes soient un peu plus importants afin d'être détectés facilement, au pied ou à la canne. La couleur de la bande doit être très contrastée par rapport à la couleur du revêtement du trottoir.

Quant à la pose de ces bandes, il faut reprendre le texte d'origine qui dit : au droit du passage à piétons. Le droit est un angle de 90°. La bande devrait donc être posée de telle manière qu'elle fasse un angle droit avec l'axe du passage piétons. Cependant, je reconnais que l'esthétique risque d'en souffrir lorsque le passage piétons n'est pas perpendiculaire au bord du trottoir.

Il y a une solution, mise en œuvre par la ville de BEAUVAIS. La pose d'une bande de guidage au centre du passage piétons. Cette bande a l'avantage d'être homologuée puisque c'est celle qui équipe les autoroutes pour séparer la bande d'arrêt d'urgence de la voie de roulement de l'autoroute. Elle part de la bande podotactile d'un trottoir pour rejoindre l'autre trottoir. Les bandes podotactiles sont placées parallèlement au bord du trottoir, la bande de guidage mène l'aveugle dans la bonne direction, en toute sécurité. Il faut donc que l'usage de la bande podotactile soit couplé avec la bande de guidage, ce que n'a pas prévu le CERTU.

Mais cette pose des bandes podotactiles demande d'autres réflexions. Pourquoi en placer sur les rampants du bateau ? Elles n'ont là aucune utilité puisque l'aveugle, dès qu'il sent une déclivité du trottoir cherche cette bande qui est sensée lui indiquer le position de sa traversée. Laissons les rampants sans bande. Mais il faut aussi penser que certaines personnes handicapées par l'âge ou la maladie de Parkinson ne peuvent pas lever les pieds. Elles les traînent et la bande podotactile est un obstacle qu'aucun aveugle ne peut apprécier. Et le CERTU non plus. Il faut pourtant que la sécurité de tous les piétons soit assurée. Attention donc à la norme.

Dans les problèmes de pose, il y a une prescription impérative, jamais dans les arrondis des trottoirs entre les deux passages des rues perpendiculaires, même et surtout si le trottoir est abaissé : l'aveugle s'y perd. Sauf si une bande de guidage est présente dans les passages piétons contigus.

J'espère avoir apporté un éclairage plus précis que l'étude menée par le CERTU qui n'a pas pris en compte ces divers paramètres.

Je vous prie d'agréer, Monsieur le Directeur, l'assurance de ma parfaite considération

Le président Jean GREZAUD

Monsieur le Directeur
AFNOR
Avenue F. de Pressensé
93571 SAINT DENIS la PLAINE CEDEX


Et la réponse de l'AFNOR :

AFNOR
Mr Jean GREZAUD
Union Nationale des Moins valides
La Maison pour tous 249 rue Vendôme
69003 Lyon

vos références:
Votre lettre datée du 28 avril 2006
nos références: SBIIH
objet: prNF P 98-351

le: 26 juin 2006

Monsieur Le Président,

Nous avons bien reçu votre lettre relative au projet de révision de la norme NF P 98-351 relative aux dispositifs podo-tactibles d'éveil de vigilance.

Le projet de norme est suivi au sein d'une Commission de Normalisation des aménagements spécifiques de voirie, gérée par le Bureau de Normalisation des sols et routes (BNSR/CNA VS).

Cette commission s'intéresse à faciliter les déplacements piétonniers en sécurité des personnes à mobilité réduite par des aménagements de voiries spécifiques ou qui ne font pas obstacles.
Nous avons communiqué votre lettre au Président et au Secrétaire de cette commission, afin qu'elle puisse être examinée lors de la réunion de dépouillement des commentaires reçus lors de l'enquête probatoire sur le prNF P 98-351. Bien sûr, vous serez convié à cette réunion et vous pourrez présenter de vive voix vos commentaires.

Veuillez agréer, Monsieur le Président, l'expression de nos salutations distinguées.

Le Directeur
Gérard MANTEL

Copie:
- Mr Christian MINAUDIER (Communauté Urbaine de Lyon)
- Mme Maryvonne DEJEAMMES (CERTU)

Et le CERTU a répondu à son tour :

À Monsieur Grézaud UNMV
La maison pour tous
249 rue Vendôme 69003 Lyon

Lyon, le 10 juillet 2006
objet: Norme NF P98-351 référence:
affaire suivie par: Maryvonne Dejeammes- VOl
téléphone: 0472 74 5867, télécopie: 0472 74 59 30 mél : maryvonne.dejeammes@equipement.gouv.fr

Monsieur,

En complément de la réponse que l'Afnor vient de vous adresser, la commission CNA VS peut vous indiquer que le projet de révision de la norme en objet, a été mis à l'enquête publique avec date de clôture fixée au 21 avril 2006.
Vous avez adressé votre courrier daté du 28 avril à l'Afnor qui l'a enregistré le 2 mai, et la commission de normalisation des aménagements de voirie spécifiques (CNA YS) a reçu vos commentaires après la date limite. Elle n'a donc pas pu vous convier à la réunion d'examen tenue le 16 mai.
Sachez que vos remarques portent sur des points qui ont été examinés lors des réunions qui ont conduit à la proposition soumise à l'enquête publique. La révision correspond au consensus approuvé par les membres de la commission, dont la liste figure sur le dit projet.

Nous vous prions d'agréer, Monsieur, l'expression de nos salutations distinguées,

pour le Président de la CNAVS, Maryvonne Dejeammes
secrétaire technique

PJ:
copie à : C. Minaudier, Président de la CNAVS

Il est bien évident que nous allons suivre avec intérêt la suite de ce projet car j'ai demandé à Madame DEJEAMMES de m'adresser le texte et je n'ai rien reçu.

retour bandes d'éveil de vigilance