retour accueil
REMETTRE LES PENDULES A L'HEURE


J'ai reçu un message dont j'ai extrait une partie qui m'a fait réagir. Vous trouverez ci-après une ''Tribune'' signée du président de la CFPSAA, suivie de la réponse de Gilbert MONTAGNÉ, mis en cause dans cette tribune. J'ai ajouté mes commentaires.

Le 30/05/11 15:39, Présidence CFPSAA a écrit :

Bulletin CFPSAA Infos 2011-12 - Bulletin Spécial

SOMMAIRE

1)- ARTICLE RELATIF À L'ANNIVERSAIRE DU PLAN DÉFICIENTS VISUELS LE 2 JUIN 2011

TRIBUNE

XAVIER BERTRAND ET GILBERT MONTAGNE PRIVES DE GATEAU.

Le 2 juin 2008, Xavier BERTRAND, alors Ministre en charge du handicap et le chanteur aveugle Gilbert MONTAGNE, constataient que l'application de la loi de 2005 sur le handicap "exige des adaptations pour tenir compte de la spécificité des besoins de certains handicaps" Ils annonçaient donc, haut et fort, l'adoption d'un plan 2008-2011 "pour une intégration pleine et entière des personnes aveugles et malvoyantes à la vie de la cité" (PDV). Les 22 mesures de ce plan avaient pour ambition de permettre à ces personnes d'exercer l'ensemble des droits reconnus à tous les citoyens et notamment ceux de vivre :
- dignement avec le handicap,
- de façon autonome,
- pleinement leur citoyenneté.

NOUS Y AVONS CRU! Comptant tant sur les engagements du Ministre que sur la notoriété du chanteur pour faire avancer les choses. Le 14 janvier 2009, un premier Comité de Suivi auquel la Confédération Française Pour la Promotion Sociale des Aveugles et des Amblyopes (CFPSAA) participait, se réunissait. Ce fut le seul!

Pour justifier leur inaction, nos interlocuteurs invoquèrent la crise économique, les changements de ministres et les lenteurs de l'Administration : rien que de faux prétextes. En fin d'année 2010 Gilbert Montagné quittait subrepticement son poste de Secrétaire de l'UMP en charge du handicap, pensant peut-être se dédouaner ainsi de toute responsabilité.

Des LOTS DE CONSOLATION!

Soyons honnêtes, reconnaissons que depuis trois ans l'audiodescription, l'accès aux livres, l'étiquetage des médicaments et des produits de consommation courante ont progressé, c'est sans doute par ce qu'ils étaient sur la table bien avant la parution du PDV !

LES PROMESSES NE SONT QUE DU VENT!

Nous ne reprendrons pas ici les 22 mesures attendues, financées, en un mot promises dans un délai de 3 ans. Les plus emblématiques devaient permettre aux quelques 60.000 personnes aveugles et aux 270.000 malvoyants profonds de "vivre mieux avec leur handicap", Rien n'a été fait, elles devront "continuer à galérer", tout simplement. Citons les déceptions les plus criantes:

Améliorer la prise en charge des personnes âgées qui deviennent malvoyantes: mesure 7. Bien au-delà de la simple application du PDV, cette amélioration aurait dû résulter de la mise en œuvre de la loi 2005 sur le handicap qui prévoit sans ambiguïté la disparition totale des barrières d'âge pour l'attribution de la Prestation Compensatrice du Handicap (PCH), dans un délai de cinq ans après la promulgation de la loi. L'Etat, pourtant garant de cet engagement, refuse de s'y soumettre. Pire, une Ministre n'hésite pas, lors de réunions publiques, à menacer les personnes handicapées de perdre leurs avantages si elles persistent à réclamer l'entrée en vigueur de ce texte. La CFPSAA a déposé un Recours pour Excès de Pouvoir devant le Conseil d'Etat en juin 2010.

- L'emploi des déficients visuels, tant au sein des Administrations que des entreprises privées, (mesure 11) n'a jamais été aussi catastrophique: l'Etat se désengage vis-à-vis des organismes créés pour faciliter l'emploi des personnes handicapées. L'inaccessibilité de la plupart des sites publics et de certains logiciels libres utilisés sur les lieux de travail freine l'embauche et même le maintien dans l'emploi des déficients visuels. Depuis 2005, les employeurs préfèrent, pour respecter la loi, engager des personnes atteintes d'un handicap léger, ce qui exclut, de fait, aveugles et malvoyants profonds. Au lieu de progresser, on recule! - En matière d'accessibilité, si l'on constate une certaine amélioration de la sécurité dans les transports pour les déficients visuels (mesure 14) grâce à l'application de normes européennes et à l'engagement de certains partenaires (SNCF, RATP…), il n'en va pas de même pour les aménagements de la voirie et des espaces publics: la multiplication de pistes cyclables à contresens dans les rues à sens unique, et de celles qui, de plus en plus souvent, empruntent les trottoirs, aggrave encore nos difficultés de circulation. Mais une menace plus sérieuse se profile: depuis plus d'un an, la CFPSAA s'investit pour sensibiliser les Pouvoirs Publics et les constructeurs de véhicules électriques à la nécessité de sonoriser ces derniers, faute de quoi les personnes aveugles qui se repèrent au son du flot du trafic risquent de ne plus pouvoir circuler seules.

- Rien de fait non plus dans le domaine de la formation d''instructeurs en locomotion (mesure 15) et d'éducateurs en activité de la vie journalière (mesure 18), autant de vœux pieux, sans le moindre début de commencement d'action pour aller dans ce sens. Si ce n'est un dossier que prépare la CFPSAA pour demander l'inscription de ces professions au RNCP, il lui en a déjà coûté plus de 20.000 euros!

- Encourager le recours à une aide animalière : mesure 5. Bien que 150.000 Euros aient été prévus pour réaliser cette mesure, elle est restée lettre morte. Faute d'information, les professionnels refusent encore de laisser le maître et son chien accéder à tous les lieux publics; la commission chargée de labelliser les écoles de chiens guides, et ainsi de garantir la qualité de la formation de l'animal, ne s'est plus réunie depuis le 5 juin 2009, elle devait le faire au moins une fois par an; la seule campagne d'information sur le sujet a été initiée, sans aucune aide publique, par une association membre de la CFPSAA.

- Les appareils de la vie quotidienne vocalisés (mesure 17) se comptent toujours sur les doigts de la main, et les 114.000 Euros prévus pour améliorer ce secteur se sont volatilisés! Gageons qu'ils n'ont pas été perdus pour tout le monde!

- Améliorer l'accès aux aides techniques (mesure 4). Un monopole à la limite de la légalité maintient les prix des aides techniques à un niveau inacceptable de sorte que les fonds départementaux de compensation, lorsqu'ils existent encore, ne peuvent atténuer le "reste à charge" financé par les utilisateurs. Un logiciel JAWS coûte plus de 1.500 Euros, une plage braille quelques 5.000 Euros, le montant de la PCH pour financer ces aides est limité à 3.960 Euros sur une période de 3 ans. Le PDV n'a rien changé.

- La mesure 22 prévoyait enfin de "mettre Internet au service de l'autonomie des personnes déficientes visuelles": c'est hélas, de plus en plus souvent, le contraire qui se produit. Les sanctions prévues à l'encontre des contrevenants publics ou privés aux dispositions législatives régissant l'accessibilité des sites se sont transformées en simples incitations, ôtant ainsi toute portée à ces dispositions. Les sites publics (CNAF, Pôle Emploi,…) restent inaccessibles, les logiciels (Open Office) très employés dans la Fonction Publique demeurent inutilisables par les déficients visuels malgré nos demandes réitérées auprès du Ministre en charge de ce secteur.

PRIVES DE GATEAU !

Dans ces conditions, les 31 associations qui composent la CFPSAA ont unanimement décidé de ne pas fêter, le 2 juin prochain, un anniversaire aussi désastreux. Xavier BERTRAND et Gilbert MONTAGNE seront privés de gâteau, mais surtout les déficients visuels, une fois encore, ne pourront que constater qu'on les a payés de mots! Pour la CFPSAA, le constat est amer et le temps des naïvetés passé. Cet échec pèsera sur la Conférence Nationale du Handicap du 8 juin prochain en présence du Président de la République, mais aussi et surtout dans les mois qui viennent qui, n'en doutons pas, seront riches en promesses.

Philippe CHAZAL
Président de la CFPSAA

Une réponse de Gilbert MONTAGNÉ

Mesdames et Messieurs,

C'est tout simplement dans un souci de transparence que je prends le droit de répondre à la Tribune CFPSAA du 30 Mai 2011 dans laquelle mon nom est cité.

J'ai eu le plaisir d'élaborer le plan déficience visuelle avec la précieuse et indispensable collaboration de mon ami Patrick Segal, et ce, à la demande de Monsieur Xavier Bertrand. Les 22 mesures qui composent ce plan ont été fondées sur une étude sérieuse et novatrice des besoins et attentes pressenties de la population visuellement handicapée dont je fais partie depuis ma naissance.

Dès la présentation de ce plan, Monsieur le Ministre et moi même avions convié le CNPSAA avec à sa tête Monsieur son Président Philippe Chazal qui considérait dès le départ ce plan comme une coquille vide. A présent je ne peux m'empêcher de sourire à la lecture de cette Tribune de lire Monsieur Chazal s'écriant du fait que ce plan ne soit pas encore appliqué. Dans sa grande déception Monsieur le Président omet de préciser (ne serait-ce que dans un élan d'objectivité) qu'une fois ce plan élaboré ; je ne pouvais être en mesure de l'imposer n'étant ni Ministre ou encore moins Secrétaire d'Etat.

Sachez que je regrette également à ce jour que notre plan reste en grande partie dans les tiroirs mais contrairement à Philippe Chazal, je demeure encore habiter par l'espoir. C'est cet espoir, cette conviction en la force de ne jamais cesser de croire au possible, qui ont forgé ma vie et mes quarante ans de carrière médiatique.

Je peux dire aujourd'hui que dès le début de mon accès aux médias (tremplin que j'ai franchi seul) j'ai eu bien peu de soutien, de chaleur de considération de ceux de qui j'attendais tellement ; je veux parler d'un certain nombre de déficients visuels. A présent, je ne leur en veux pas du tout. Je me suis toujours battu et je continuerai d'ailleurs à le faire envers tous ceux qui nous pensent encore dans les ténèbres afin que contre toute attente, nous soyons enfin en pleine lumière.

Je tiens à rappeler à ceux dont la mémoire serait un peu trop courte, qu'il y a 30 ans ; j'ai été le premier aveugle et ce sans titre ni couronne à crier le besoin que nous avions de disposer de feux sonores au même titre qu'un peu plus tard, je dénonçais déjà le coût prohibitif des aides techniques.

A cette époque, que disaient les associations ? Je me souviens, d'ailleurs, que Monsieur le Président du CNPSAA trouvait mes revendications un tantinet utopique, tout comme le jour où dans les médias j'ai osé avancer l'idée, jusqu'alors impensable, que les déficients visuels puissent enfin accéder aux d.a.b. de façon autonome.
Je me suis battu pour cela pendant 15 ans !
J'ai œuvré, malgré tout, pour que le CNPSSA soit présent à mes côtés dès que l'une des firmes constructrices d'automates bancaires m'eût laissé entrevoir la possible accessibilité vocale de leur machine. Quant à l'audio description ... j'ai beaucoup aimé le "pour être honnête" de Monsieur Chazal. En effet, si l'audiodescription était déjà entreprise depuis une dizaine d'années grâce à l'excellent travail de Patrick Saonit et de son équipe au sein de l'Avh ; il s'avère qu'il fallait déflorer le sujet au sens large du terme et c'est pourquoi j'ai, au cours de l'élaboration du plan handicap visuel, pris attache avec les différentes hautes instances télévisuelles qui entendaient parler pour la toute première de l'audiodescription.

TF1 et le Csa, en la personne de leurs Présidents, ont tenu à assister à une projection que j'ai souhaitée dans les locaux de l'Avh afin de rendre hommage au travail déjà accompli duquel ils ont été très impressionnés.
C'est à partir de ce jour qu'il a été porté au cahier des charges du CSA l'intelligente obligation pour les chaînes faisant de plus de 2 % d'audience ; d'audiodécrire leurs programmes grand-public.

Par ailleurs, si j'ai pris la décision en Août 2010 de démissionner de ma fonction de Secrétaire National en charge de l'handicap auprès de l'UMP c'est que je n'étais pas en position d'imposer, mais de proposer.
Je ne me dédouane donc, en aucune façon, de quoi que ce soit, et bien au contraire, dans un souci d'honnêteté et de liberté que les membres dirigeants de la majorité présidentielle comprennent tout à fait ; je resterai en droite ligne à la recherche d'idée innovante pour notre communauté.

Enfin, devrais-je vous rappeler que j'ai toujours su être à vos côtés pour avoir mis en place la gratuité des renseignements téléphoniques, l'installation des factures EDF en braille, l'étiquetage en braille de certaines bouteilles, vous soutenir dans le conflit au sujet des retraites et tout récemment mon implication pleine et entière dans l'accessibilité vocale des décodeurs Orange-TV fin 2011.

Alors d'accord ! Le temps pour célébrer quelque anniversaire n'est pas encore là... mais dans l'immédiat, j'ai tout de même envie de me faire plaisir et renvoyer ce fameux gâteau (dont je devrais être privé) sur le visage de l'incompréhension et de la méchanceté.

La cécité la plus grave n'est-elle pas celle de l'esprit ?

GILBERT MONTAGNE


COMMENTAIRES

Il faut remettre les pendules à l'heure !

Le Président de la CFPSAA est sans doute frappé d'amnésie. Il se plaint que les mesures qu'a préconisées la CFPSAA pour améliorer l'autonomie des déficients visuels ne soient pas appliquer et que le rapport de Gilbert ne porte pas les fruits qu'on était en droit d'attendre. Mais il oublie de dire que, lorsque le CNPSAA faisait partie du groupe d'étude des répétiteurs de feux piétons à destination des aveugles, ses représentants se sont toujours opposés aux messages parlés sur les deux phases du feu, préconisant même le silence sur la phase rouge. En s'instaurant représentatif des handicapés visuel le CNPSAA s'est donné une place qu'il n'a pas su tenir, celle de défendre les aveugles. Or, les fonctionnaires du ministère ont bien compris qu'il y avait une autre motivation qui animait le CNPSAA puisque tous les aveugles autres que ceux présentés par le CNPSAA voulaient les messages parlés. Il ne faut donc pas que Monsieur CHAZAL s'étonne de la difficulté à obtenir des améliorations, puisque le CNPSAA s'y est opposé quand c'était possible.

Quant à Gilbert, il s'est fait piégé plusieurs fois. Une fois par le CNPSAA avec les distributeurs automatiques de billets de banque, en pensant qu'il avait réussi à convaincre la BNP, annonçant l'inauguration du premier distributeur au siège de la BNP à PARIS pour le 15 novembre 2005, avec la présence de Monsieur CHAZAL, alors que c'est l'UNMV qui, dans un accord avec le Directeur de la BNP de Haute-Normandie avait obtenu la pose du premier Distributeur, inauguré la 14 novembre 2005 à Sotteville les Rouen par notre représentant départemental, en présence de la presse et de la télé.

Et une seconde fois en acceptant un poste et une participation de façade orchestrés par l'UMP. Ce n'était qu'un effet d'annonce pour se donner bonne conscience, qui risque fort de se retourner contre ceux qui ont anticipé la crédulité des handicapés visuels. Ces derniers ne se laissent plus abuser par des promesses, ils réclament des actes que les fonctionnaires en place refusent, sans réaction des politiques.

Mais l'UNMV n'a pas pour habitude de rester inactive. Nous avons déjà obtenu des petites modifications des textes techniques, rectifications de précisions dans l'arrêté du 15 janvier 2007, entre autres, et nous continuons les actions que devraient menées la CFPSAA. Mais pour cela il faut certaines compétences techniques et la volonté des faire le maximum pour les handicapés et non pour l'association elle-même.