retour index 

 

Type de questions : Question Ecrite

 

 

Ministère interrogé: SOL - Ministère des solidarités et cohésion sociale

Question n° 95145

Mme Martine Pinville attire l'attention de Mme la ministre des solidarités et de la cohésion sociale sur le droit à l'information des handicapés visuels dans les zones de circulation particulière définies par l'article R110-2 du code de la route. A l'initiative des municipalités, les entrées et sorties de ces zones doivent être signalées par un panneau à la signalétique appropriée. Mais le CERTU n'a pas prévu la manière d'informer les handicapés visuels de l'existence de ces panneaux et de leur signification. Il existe un système qui émet des messages parlés, détaillés et performants, permettant aux aveugles de connaître précisément la signification des panneaux. Afin que tous les citoyens puissent recevoir la même information, elle lui demande s'il ne serait pas possible d'envisager la mise en place un tel système dans ces zones de circulation particulière

      Réponse du ministère : Écologie, développement durable, transports et logement
      parue au JO le 19/04/2011

Le Centre d'études sur les réseaux, les transports, l'urbanisme et les constructions publiques (CERTU) mène actuellement un travail de recensement des solutions envisageables pour différencier les espaces continus, dédiés aux piétons, des espaces de circulation des véhicules et des cycles. Un rapport tirant les enseignements des dispositifs et délimitations existants en Europe sera prochainement disponible. Pour compléter cette recherche, et afin de remédier aux difficultés qu'ont les personnes aveugles et malvoyantes à identifier les limites des aires piétonnes et des zones de rencontre, le CERTU mène également des réflexions et suit des expérimentations, notamment celle de la zone de rencontre de Namur en Belgique, afin d'identifier les méthodes et dispositifs les plus pertinents. Les dispositifs sonores font partie des moyens d'information étudiés. Il y aura lieu néanmoins d'être vigilant à ce que ces messages ne puissent être confondus avec d'autres messages sonorisés déjà existants et à éviter la multiplication des signaux afin de garantir leur perception et leur compréhension par les usagers.

COMMENTAIRES

Une fois de plus notre ministère manœuvre pour gagner du temps. Le CERTU sait très bien que la seule manière d'informer les aveugles est de leur donner les repères dont ils ont besoin ; Et pour être le plus possible à égalité avec tous les citoyens c'est le message parlé, clair, explicite s'il est bien conçu, non par des fonctionnaires qui savent tout, mais par des spécialistes professionnels encadrés par des aveugles autonomes. Le CERTU est le champion incontesté du codage des signaux, mais pour donner plus de trente messages différents, de plus tous adaptés au site où ils sont implantés, il n'y a qu'une solution : le message parlé. C'est ainsi que les aveugles sont guidés depuis l'arrêt du bus jusqu'à l'hôpital de FECAMP, ou les étudiants aveugles de la faculté de médecine de LYON qui y circule sans problème. La France possède la technologie efficace mise en place à notre demande. Quels intérêts animent les fonctionnaires qui tergiversent à appliquer les dispositifs qu'ils savent les meilleurs ? Les Belges ne feront pas mieux ! Le principe du CERTU ? Pourquoi faire simple pendant qu'on peut faire compliqué !

Il est anormal dans notre République dont la devise est ''Liberté, Égalité, Fraternité'', que plusieurs centaines de milliers de handicapés visuels subissent le dictat d'une poignée de fonctionnaires qui refusent obstinément de leur donner les véritables moyens qu'ils réclament afin d'améliorer leur autonomie. Il est impératif de mettre un terme à cette démagogie.