retour accueil
 

UNION NATIONALE DES MOINS VALIDES

Siège social : La Maison pour tous 249, rue Vendôme 69003 Lyon

Membre du Groupement National des Associations Bénévoles du Handicap Visuel


Le 13 juillet 2012

LETTRE OUVERTE à MONSIEUR le PREMIER MINISTRE

La loi 2005-102 du 11 février 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées avait fait espérer une amélioration des conditions de vie des handicapés considérés alors comme des citoyens à part entière.

Je me suis rendu au Salon AUTONOMIC en juin dernier et j'ai participé aux 5èmes Assises de l'accessibilité organisées par la Délégation Ministérielle à l'Accessibilité. Quelle déception ! Les différents intervenants nous ont bien laissé entendre que les améliorations prévues par les textes ne pouvaient réalisées dans les délais impartis et que leur coût rendait illusoire leur réalité.

Notre actuelle ministre déléguée aux personnes handicapées, dans une interview, a laissé entendre une même conclusion.

Certes, nous connaissons une crise économique importante mais aussi une crise grandissante d'incivilité qui augmente les difficultés de circulation des personnes moins valides : les stationnements anarchiques des véhicules à moteur, aussi bien en zones urbaines qu'en zones rurales.

Il y a un moyen d'améliorer cette situation sans coût pour les collectivités qui en trouveraient même des avantages : modifier le taux de l'amende comme il a été fait pour les stationnements illicites sur les places réservées aux handicapés. Une amende de 135 euro rendrait les automobilistes plus consciencieux et améliorerait la sécurité des déplacements de tous les piétons. Appliquée à tous les stationnements gênants (sur les trottoirs, sur les passages piétons) elle permettrait à tous de mieux circuler.

Il faut évidemment avoir la volonté politique de cette décision qui ne sera pas forcément du gout des conducteurs indélicats au comportement incivique.

Je compte sur votre compréhension et votre autorité pour appliquer cette proposition.

Cette lettre sera sur notre site dès la fin de juillet ainsi que votre réponse que je souhaite positive.

Je vous prie d'agréer, Monsieur le Premier Ministre, l'assurance de ma parfaite considération.

Le président

Jean GREZAUD
Vice président de CDCPH du Rhône

 

Le gouvernement a changé mais le traitement des problèmes reste immuable. On passe en niveau au-dessous qui ne répondra pas.

30 août 2012

Monsieur le Président,

Votre courrier relatif à la mise en application de la loi du Il février 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées est bien parvenu au Cabinet du Premier ministre.

Monsieur Jean-Marc A YRAULT a pris connaissance avec attention de vos préoccupations et m'a chargé de transmettre votre correspondance à Madame Marie-Arlette CARLOTTI, Ministre déléguée auprès de la Ministre des affaires sociales et de la santé, chargée des personnes handicapées et de la lutte contre l'exclusion, afin qu'elle en prescrive un examen attentif.

vous serez tenu directement informé de la suite qui lui sera réservée.

Je vous prie de croire, Monsieur le Président, à l'assurance de mes sentiments les meilleurs.

Pour le Premier ministre

Jean Pierre GUÉRIN
Chef de Cabinet

Ministère délégué chargé des Personnes Handicapées et de la lutte contre l'exclusion

Paris le 5 octobre 2012

Monsieur le Président,

Le Cabinet du Premier Ministre a bien voulu transmettre à Madame Marie-Arlette CARLOTII, Ministre déléguée chargée des personnes handicapées et de la lutte contre l'exclusion, votre correspondance relative à vos réflexions sur le principe d'accessibilité établi par de la loi du 11 février 2005 relative à l'égalité des droits et des chances, à la participation et à la citoyenneté des personnes handicapées.

La ministre a été très sensible à votre démarche. Elle m'a chargé de vous informer qu'elle a pris connaissance de vos remarques avec une attention particulière, et qu'elle reste attentive à votre interpellation pour que les personnes handicapées accèdent à tout ce qui est disponible pour chaque citoyen.

Je vous prie d'agréer, Monsieur le Président, l'expression de mes salutations distinguées.

Christophe PIERREL

 

J'aimerais qu'un lecteur puisse me dire quel rapport il y a entre la ''Lettre ouverte au Premier Ministre'' et la réponse qui est sensée venir de Madame la Ministre déléguée.

Pour moi, c'est du ''bla bla'' rien de concret, à peine un soupçon de compassion.

De qui se moque-t-on ?

Jean GREZAUD