retour accueil

Notre action

EXPLIQUER - EDUQUER - EXIGER

 

Par le premier engagement de sa devise : Expliquer,"l'UNION Nationale des Moins Valides " essaie de faire comprendre les problèmes qui gênent la vie quotidienne des ''moins valides'' afin que les personnes prétendument ''normales'', qui sont chargées de prendre les décisions, soient en mesure de mieux les connaître.

C'est une tâche très importante eu égard à la constatation actuelle de la méconnaissance de la situation par les décideurs. Nous ne pouvons accepter que des personnes qui n'ont pas de problème de handicap prennent des décisions concernant les personnes ''moins valides'' sans les écouter.

Nous savons exprimer nos besoins nous-mêmes.

Nous avons activement participé à l'information des parlementaires sur de nombreux points qui ont été repris dans la loi 2005-102 du 11 février 2005 : pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées.

Nous sommes disponibles pour donner aux élus les moyens de prendre des décisions conformes aux besoins de tous.

 

Eduquer est aussi un long travail pour que les citoyens ''valides'' prennent conscience que les ''moins valides'' sont aussi des citoyens à part entière, ayant droit à l'expression de leurs besoins, à la reconnaissance de leur citoyenneté.

Nous devons faire comprendre aux ''valides'' qu'ils sont tous des ''moins valides'' en puissance, ils prendront des années qui pèseront sur leur autonomie.

Une nécessité impérieuse est de faire connaître aux enfants tous les problèmes qu'engendre la différence quand on en fait un thème de discrimination plutôt qu'un effort d'intégration.

Nous nous apercevons que les ''conseillers techniques'' des diverses instances de l'Etat ou des communautés territoriales ont une fâcheuse tendance, pour beaucoup d'entre eux, à considérer les besoins des personnes ''moins valides'' comme des accessoires aléatoires à ne prendre en considération que s'ils ont une valeur commerciale qui peut permettre un marché porteur de retombées. Ils orientent alors les élus vers des solutions qui leur procurent des avantages mais ne sont pas obligatoirement les meilleures, au détriment de la sécurité à laquelle ont droit les personnes ''moins valides''.

 

Quant au troisième terme de notre devise : Exiger, nous ne le mettons en œuvre que dans l'hypothèse où l'incompréhension hostile des décideurs peut entraîner des dangers pour les personnes ''moins valides''.

Le dialogue est toujours plus constructif que l'affrontement, mais il ne peut être profitable que dans la mesure où il est équilibré et honnête. Jusqu'alors, dans de nombreux cas ce dialogue est impossible, en face de nous des ''volontairement'' sourds ou, plus grave, des personnes de mauvaise foi qui regretteront peut-être je jour où ils seront devenus ''moins valides'' de n'avoir écouté que les mauvais conseilleurs.

Notre participation s'est déjà montrée positive dans plusieurs interventions pour lesquelles le dialogue a été possible.

Entre autres : Allongement de la durée de l'arrêt ''gare de Lyon'' de la ligne 14 du métro parisien pour permettre aux personnes ''moins valides'' d'avoir un accès sécurisé à la rame. Le Grand Lyon a équipé à notre demande les escalators des sorties de la gare de Perrache et la Ville les montées d'escaliers de l'Opéra, de protections pour éviter aux aveugles de se heurter contre le bâti, réalisation qui peut être utilisée pour tous les escalators, partout dans le monde.

Les cours d'appel vont être équipées de logiciels et imprimantes ''braille'' pour que les aveugles puissent recevoir les divers courriers de justice les concernant en écriture braille.

Sur notre demande, des étiquettes en braille et gros caractères seront apposées devant les piles de bulletins de vote lors des élections, le référendum sur le traité de constitution européenne a été le premier acte réel.

Nous avons obtenu de la BNP l'installation de distributeurs automatiques de billets de banque spécialement équipés pour être accessibles aux aveugles.

La loi n° 2005-102 ''pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées'' a retenu toute notre attention, nous avons fait de nombreuses propositions.

Il reste beaucoup à faire pour une véritable égalité de citoyenneté des personnes moins valides. Nous allons suivre avec attention les décrets d'application et les textes réglementaires qui vont suivre et veiller à leur bonne mise en œuvre.

L'UNMV propose une collaboration gratuite avec les villes pour la mise en place des techniques d'accessibilité globale tenant compte de tous les types de handicap en respectant les textes auxquels s'ajoutent nos expériences du terrain.

 

 


 

Valid HTML 4.01 Transitional