retour accueil
 

UNION NATIONALE DES MOINS VALIDES

Siège social : La Maison pour tous 249, rue Vendôme 69003 Lyon

Membre du Groupement National des Associations Bénévoles du Handicap Visuel


Madame Michèle MERLI
Déléguée à la sécurité et à la circulation routières

Le 3 mai 2010

Madame,

Je vous remercie de votre envoi du 26 avril dernier contenant les fiches techniques éditées par le CERTU sur les ''zones de circulation particulières en milieu urbain'' de novembre 2008. Notre association est impliquèe dans tous les problèmes concernant les dèplacements de personnes moins valides et ces documents m'ont beaucoup intèressè.

Je vais me permettre quelques remarques, questions et suggestions concernant leur contenu.

Dans les divers handicaps répertoriès, le handicap visuel est très souvent mal connu. Même si dans certaines manifestations nous organisons des parcours à rèaliser les yeux bandès ou des repas dans le noir, la manière de fonctionner de l'aveugle ne peut être comprise d'autant que l'âge auquel la cècitè a frappè, a une influence énorme sur l'autonomie. L'aveugle autonome a des réactions différentes de celui qui ne l'est pas.

Et par ce fait, je constate des dissonances et des manquements dans les textes que vous m'avez adressés.Je trouve, page 5 du document de CERTU ''zones 30'' dans l'article : La signalisation à l'intérieur de la zone 30 ……aux personnes aveugles accompagnées de chien………Accompagnées; terme inapproprié; l'aveugle ne promène pas son chien, son chien le guide, comme vous l'indiquez dans votre lettre. Il faut savoir que l'aveugle voit, mais autrement que les ''voyants''. Ses autres sens suppléent à l'absence de la vue et le priver de ses repères accentue ses difficultés, réduisant ainsi son autonomie.

Dans l'élaboration des zones de circulation particulière, l'article R110-2du code de la route précise qu'elles sont identifiées, à l'entrée et à la sortie par une signalétique particulière dont les panneaux figure sur le document du CERTU. Une question simple : comment informe-t-on les aveugles qu'ils entrent ou sortent de ces zones ? Ne pas y avoir penséest encore une illustration de la méconnaissance des effets de la cécité.

J'ai une suggestion à vous soumettre pour assurer la sécuritéde tous les piétons et principalement des moins valides dans la traversée des voies routières qui aboutissent à un carrefour giratoire en zone urbaine. N'ayant plus la protection des feux, les piétons éprouvent des difficultés, surtout aux heures de pointes de la circulation automobile. Placer ces giratoires en zone de rencontre limiterait la vitesse des véhicules à 20 km/h et donnerait la prioritéaux piétons. Les moins valides éprouveraient ainsi moins de difficultés.

Une autre remarque sur les dangers de la circulation des personnes handicapées visuelles et des enfants sur les trottoirs lors de travaux : les panneaux mobiles installés pour prévenir de l'existence de ces chantiers ne répondent pas aux conditions de l'arrêté du 15 janvier 2007 et de plus ont des bords tranchants qui ont entraîné des accidents. Pourquoi le CERTU dont la sécurité des déplacements est de son ressort n'à pas trouvé le moyen de traiter ce problème ?

J'espère que mes remarques trouveront un écho favorable et je tiens à faire remarquer que dans les associations, il y a des personnes tout à fait qualifiées pour étudier et trouver les bonnes solutions aux différents problèmes qui se posent pour une meilleure accessibilité, en toute sécurité, des personnes moins valides dans leurs déplacements.

Je vous prie d'agréer, Madame, l'expression de mes respectueux hommages.

Le président
Jean GREZAUD