retour accueil

LYON - Ville " Citron"

Les photos que je présente ci après ont été prises à LYON, dans l'environnement de notre siège social : ''La Maison pour Tous'' 249, rue Vendôme.
Ce lieu est un lieu de rassemblement des adhérents lyonnais lors de problèmes à débattre, donc fréquenté par des personnes '' moins valides ''.
Il est aussi le siège social de l'association ''Point de Vue sur la Ville'' qui regroupe essentiellement des personnes handicapées visuelles mais il y a aussi des activités pour les groupes du troisième âge.
Cette ''Maison pour Tous'' mérite qu'on porte attention à son accessibilité, pas seulement du bâtiment mais de son environnement de voirie immédiat.

J'amène tout de suite une remarque. Ce que je présente de Lyon peut très bien se situer dans n'importe quelle ville de France. J'aurai l'occasion de donner d'autres indications plus tard, mais notre photographe a fait des photos très récentes, profitons-en.

La première photo est prise immédiatement à la première traversée de rue, au carrefour Vendôme-Villeroy.
Il n'y a pas de passage piétons.
Il faudrait normalement traverser en contournant les carrefours ?
Trois risques au lieu d'un.

 

 

La seconde photo est prise au carrefour suivant.
Elle montre l'arrivée des deux traversées piétonnes qui arrivent ensemble sur l'arrondi du trottoir de la rue Fuzier.

Cet arrondi ne comporte pas d'abaissement de trottoir alors qu'une place de parking réservée au personnes handicapées est située immédiatement à côté du passage piétons.
Le piéton handicapé qui sort de sa voiture avec son fauteuil par l'arrière ou imprudemment par la droite comme passager ne pourra pas regagner le trottoir.

Autre précision les normes actuelles de dimensions de la place réservée ne sont pas respectées.

La troisième photo regroupe une quantité de problèmes dont on ne pouvait pas imaginer l'existence dans une surface aussi réduite que la place Victor Basch.
Dès la sortie du métro qui se trouve au fond de la photo, l'aveugle rencontre d'abord des potelets, puis des véhicules qui stationnent indûment.
En louvoyant à travers ceux-ci il a une chance sur deux de trouver, sur sa droite la station ''vélov'' sur le trottoir, et il n'est pas prêt de s'en dépêtrer car il n'y a aucune protection.
S'il est parti un peu à gauche il rencontrera des potelets (ils poussent très bien sur les trottoirs) et entre lesdits potelets une poubelle sur pied.
A remarquer qu'à Paris, les stations ''vélib'' sont généralement sur la chaussée ce qui gêne moins les piétons.
 

Cette photo représente le comble de la fumisterie.


Sur le trottoir stationne en permanence
la voiture école du ''Centre d'éducation routière'' !


Je croyais que les écoles de conduite enseignaient le code de la route.
Et, curieusement, la police municipale qui patrouille en ville n'a jamais réagi. C'est pourtant son travail que de faire respecter les lois et codes.

Connivences ?

La dernière photo que je présente (il y en a beaucoup d'autres) représente la sortie du métro avenue de Saxe à la station Saxe-Gambetta.
Là encore il y a cumul.
Les potelets bien sûr fleurissent mais l'un d'entre eux à une branche, c'est-à-dire une barrière qui ne respecte pas les dimensions de sécurité car elle n'est pas signalée à 40 centimètres du sol et l'aveugle se cogne immanquablement.
...et sur le passage qui mène à l'arrêt de bus, une moto qui stationne librement.
Puisque la police est laxiste...

Il faut ajouter que la traversée piétonne du cours Gambetta, à partir de la place Victor Basch n'est pas en face des abaissements de trottoirs.

 

Je voudrais tirer une conclusion de tous ces détails qui paraissent infimes aux gens bien portants et sont un calvaire dès que le handicap vous a atteint.
Les décideurs, politiques et techniciens devraient être obligés, avant de prendre les décisions concernant l'accessibilité, d'être mis en situation comme s'ils étaient handicapés. Peut-être souffririons-nous moins de l'accumulation des méfaits des incompétences de ceux qui se prétendent des professionnels de l'accessibilité et préconisent autant de stupidités.
Et pas seulement à Lyon !

Il faut préciser que la ville de Lyon accuse un retard important pour l'intégration des problèmes de handicap depuis plusieurs mandatures qui ne s'en sont guère inquiétées.
Le ''Grand LYON'' actuel à mis en place un comité de veille constitué de représentants des associations, des techniciens de la voirie et des représentants du Grand LYON.
Ce comité fait un travail précis mais les architectes et urbanistes ne semblent pas très à l'écoute.
Les équipements des berges du Rhône en sont un exemple.