retour index
 

Annecy Prix Citron

Témoignage en mars 2014

Monsieur le Maire,

En tant que déficiente visuelle, je suis titulaire d'une carte d'invalidité ainsi que du macaron de stationnement réservé aux personnes à mobilité réduite (PMR). À ce titre, je croyais pouvoir bénéficier de la gratuité de stationnement, ainsi que la pratiquent plus de 100 villes en France. Le sénat a d'ailleurs voté, en décembre 2013, une proposition de loi pour légaliser la gratuité du stationnement aux personnes en situation de handicap. Vous trouverez ci-joint la photocopie de mon macaron européen.

En visite dans votre belle ville d'Annecy, le vendredi 21 mars 2014, dans le véhicule de mon cousin, immatriculé en Ille et Vilaine, c'est en toute bonne foi qu'il a stationné son véhicule sans acquitter le stationnement. En effet, je pensais que, comme dans plus de 100 villes de France, notamment le Grand Lyon où je réside, la ville d'Annecy appliquait appliquait cette mesure de gratuité de stationnement des PMR. Mais, quelle ne fut pas notre surprise de trouver un avis de contravention pour défaut de paiement, à notre retour de visite, vers 15 heures. Je me suis présentée à l'hôtel de Police où il m'a été signifié qu'à Annecy, un décret municipal a rendu payant le stationnement pour les PMR, et qu'en conséquence, il faudrait acquitter l'amende.

Monsieur le Maire, veuillez croire à mon étonnement et ma colère de constater qu'une ville comme Annecy ne pratique pas ce minimum qui permet aux personnes handicapées d'être plus autonomes en terme d'accessibilité. Cela ne me semble pas conforme à l'idée d'accueil des touristes en général et des handicapés en particulier. Je ne manquerai pas de le faire savoir : la ville d'Annecy n'est pas dans le peloton de tête pour la mise en accessibilité de son espace public, ainsi que le demande la loi du 11 février 2005. Car, outre le stationnement payant, j'ai pu constater que le cheminement sur les trottoirs est très malaisé pour les déficients visuels : obstacles fréquents (mobilier urbain, chevalets des commerces, voitures stationnés illégalement sur les cheminements piétons , etc …) ; les bandes podotactiles sont souvent situées en arrondi dans les carrefours, rendant la trajectoire des traversées extrêmement dangereuse ; la sonorisation du seul feu sonore que j'ai entendu n'indique même pas le nom de la rue sur la phase rouge piéton ; aucune bande de guidage détectable à la canne ; nombreuses pistes cyclables installées sur les trottoirs, sans bordure de séparation de zone détectable à la canne, aucune borne sonore qui pourrait guider les aveugles et malvoyants dans la ville (ou bien je n'étais pas au bon endroit).

Dans l'attente d'une prise en compte, de votre part, des besoins des handicapés et d'une réelle préoccupation de la mise en conformité de votre espace urbain avec la loi du 11 février 2005, je vous prie de croire, Monsieur le Maire, à l'expression de mes sentiments respectueux