retour interventions

J'avais demandé à Madame Catherine GENISSON, député du Pas de Calais, d'intervenir pour questionner le gouvernement sur les moyens qu'il mettrait en place pour donner aux handicapés visuels les mêmes informations que celles données visuellement à tous les autres citoyens afin qu'ils connaissent les entrées et sorties de zones de circulations dites apaisées et leurs conditions d'utilisations.

Madame GENISSON a donc questionné Madame KOSCIUSKO-MORISET, Ministre de l'Ecologie, du Développement durable, des Transports et du Logement.

La réponse que vous lirez ci-après est édifiante. Sans doute écrite par le CERTU, mais signée par Madame la Ministre. La mauvaise foi du rédacteur et le non sens de ce qu'il avance n'ont pas troublé la signataire.

Je reprends une phrase qui ne peut échapper à l'analyse du bon sens pour y trouver une stupidité manifeste : En effet, les messages parlés sont souvent mal compris dans l'environnement bruyant lié à la circulation automobile, car les fréquences du bruit routier englobent celles de la voix humaine.

Je me suis promené souvent à Paris dans des lieux où la circulation est intense : les Champs Elysées de la place de l'Etoile à la place de la Concorde, sur la place de la République ou de la Nation et de partout, les gens qui y circulaient discutaient entre eux tranquillement et se comprenaient fort bien. Alors pourquoi les aveugles qui discutent aussi dans ces lieux entendraient parler leur entourage et n'entendraient pas le message parlé émis par le feu R12, surtout lorsqu'ils portent leur attention particulièrement sur ce qui va être dit ?

Les responsables du CERTU sont-ils bornés ou de mauvaise foi ? Et Madame la Ministre a avalé la couleuvre sans problème. Manque de jugement ou trop de confiance dans ses technocrates ?

Lisez et vous apprécierez.

Paris le 25 août 2011

Madame la Députée,

Vous avez bien voulu me faire part des inquiétudes des responsables de l'Union nationale des moins valides, concernant le droit à l'information des handicapés visuels dans les zones de circulation.

Je tiens tout d'abord à vous préciser qu'afin de remédier aux difficultés que peuvent éprouver les personnes aveugles et malvoyantes pour identifier les limites des aires piétonnes et des zones de rencontre, le Centre d'études sur les réseaux, les transports, l'urbanisme et les constructions publiques (CERTU) mène actuellement des réflexions et suit des expérimentations, comme celle de la zone de rencontre de Namur en Belgique, afin d'identifier les méthodes et dispositifs les plus pertinents.

Si, au terme de ces travaux scientifiques, certains dispositifs sonores devaient à l'avenir être recommandés, le CERTU serait néanmoins vigilant à ce que ces messages ne puissent être confondus avec d'autres messages sonorisés déjà existants et à éviter la multiplication des signaux et des messages. En effet, les messages parlés sont souvent mal compris dans l'environnement bruyant lié à la circulation automobile, car les fréquences du bruit routier englobent celles de la voix humaine.

J'ajoute que le CERTU a également mené un travail de recensement des solutions envisageables pour différencier dans les zones de rencontre les espaces continus, dédiés aux piétons, des espaces de circulation des véhicules motorisés et des cycles. Le rapport intitulé " zone de rencontre : quels dispositifs repérables et détectables par les personnes aveugles et malvoyantes? " est disponible sur le site internet du CERTU.

Je vous prie de recevoir, Madame la Députée, l'expression de ma considération distinguée.

Signé : Nathalie KOSCIUSKO-MORISET