retour accueil
 

HISTORIQUE

 

L'Union Nationale des Moins Valides est le prolongement, comme association déclarée sous le régime de la loi de 1901, du Comité pour l'Aide aux Déplacements Urbains des Aveugles, groupement de fait qui a siégé de 1998 à 2002 au groupe d'étude des répétiteurs de feux piétons du ministère des transports.

Les participants à ce CADUA, tous habitués aux problèmes de la déficience visuelle se sont aperçus que le fait de traiter séparément les types de handicaps risquait, en améliorant une situation pour un type de handicap, de gêner les personnes atteintes d'un autre handicap. Ils décidèrent donc de créer la première association destinée à ne s'occuper que des problèmes d'accessibilités pour tous types de handicaps. Dans l'esprit qui présida à cette création, aux handicaps répertoriés nous avons ajouté tous les cas où une personne est en situation de difficulté ; c'est la définition des ''moins valides''. Sont ''moins valides'' toutes personnes ayant perdu, occasionnellement ou durablement une partie de ses facultés physiques, mentales ou sensorielles, quels qu'en soient les causes, l'importance ou les effets. Et nous avons ajouté aussi les enfants, très vulnérables dans leurs déplacements.

En septembre 2003, l'association était officiellement déclarée à la Préfecture de Police de Paris. Le siège social a été transféré à LYON, le bâtiment dans lequel nous étions installés étant détruit pour la refonte de la gare Saint Lazare.

L'UNMV est une association de type particulier. Il est demandé aux adhérents d'être des militants. Nous avions constaté que des adhérents, après avoir bénéficié de nos services ne renouvelaient pas leur adhésion. Pour éviter cette situation de profiteur, il est demandé aux adhérents de participer à nos activités sur le plan qui leur convient, local, départemental, régional ou même national. Ainsi nous sommes présents de manière active dans de nombreuses commissions d'accessibilité, communales ou intercommunales, ainsi que dans les Maisons Départementales des Personnes Handicapées.

L'UNMV est présente au Conseil Départemental Consultatif des Personnes Handicapées du Rhône, ainsi qu'au Conseil Régional Consultatif des Citoyens Handicapés d'Île de France. Son président est Administrateur du Fonds pour l'Insertion des Personnes Handicapées dans la Fonction Publique de la Région Rhône Alpes. Cette participation nous a amené à travailler avec des élus pour la modification de certains textes de loi et à réaliser des avancées positives dans le domaine de la sécurisation des déplacements, mais aussi dans les besoins de la vie quotidienne.

C'est à notre demande que la RATP a modifié le temps d'arrêt du métro en gare de Lyon de la ligne 14. C'est notre association qui a introduit en France les distributeurs modernes de billets de banque adaptés pour les aveugles. La première agence équipée à été celle de la BNP à Sotteville lès Rouen, inaugurée par notre représentant départemental de Seine Maritime le 14 novembre 2005.

En relation avec la Déléguée ministérielle à l'accessibilité nous avons fait modifier un détail de l'arrêté du 31 août 1999 afin d'éviter les chocs subis par les aveugles avec certains panneaux publicitaires. Avec l'atelier du Grand Lyon nous avons fait sécuriser les dessous des escalators de sorties de la gare de Perrache. Cette sécurisation commence à se répandre puisque des installations viennent d'être réalisées en gare de Lyon à Paris. De même avec la ville de Lyon, nous avons fait sécuriser les dessous des escaliers métalliques de l'Opéra qui avaient causé plusieurs fois des blessures à des aveugles ou des distraits. Actuellement nous essayons de faire adopter une dalle spéciale d'invention française mais utilisée en Espagne qui est la seule qui permette à la fois le repérage et le guidage des aveugles, sans gêner les autres piétons, contrairement à nos bandes d'éveil de vigilance actuelles qui ont entraîné des chutes de personnes mal marchantes. Mais déjà du temps du CADUA, nous avions fait installer les premières bandes d'éveil de vigilance en matière molle devant les escaliers des bouches de métro ''Château de Vicennes'' en 1998.

Nous ne demandons jamais de subvention aux divers niveaux territoriaux. Nos actions sont totalement bénévoles, mais nous acceptons les dons ou subventions qui nous sont offerts pour services rendus, soit à des entreprises, des écoles ou des villes qui nous demandent des audits.

Mais hélas, nous devons aussi ''montrer les dents'' et nous avons fait condamner la ville de Paris en 2009 pour ne pas avoir respecté les textes lors de l'installation du tramway sur les boulevards des maréchaux et un autre procès s'annonce contre une municipalité du Rhône qui refuse d'appliquer les textes d'obligation malgré de nombreuses interventions de notre part.

Un fait qui peut surprendre, nous n'établissons pas de budget prévisionnel, n'ayant en fait que des recettes aléatoires en dehors des cotisations. Chaque dépense autre que celles de fonctionnement, fait l'objet d'une intervention du CA sur proposition du président. C'est en fonction de ces décisions et des fonds disponibles que les dépenses sont engagées. Ce qui nous guide en premier lieu c'est l'économie. Gérer l'association selon les termes consacrés : en bon père de famille.

Notre devise : Expliquer, Eduquer, Exiger.