J'ai été convié, en tant que représentant des associations au Fonds local pour la Région Rhône-Alpes, à une journée d'information , le 19 décembre 2007 sur le Fonds pour l'Insertion des Personnes Handicapées dans la Fonction Publique.

Je dois reconnaître que les intervenants nous ont très bien expliqués le fonctionnement avec tous les détails nécessaires à la bonne compréhension de ce Fonds qui est pour la fonction publique ce que l'AGEPHIP est aux entreprises privées. Il concerne les trois fonctions : administrative, hospitalière et territoriale.

Le taux de 6 % étant loin d'être atteint, il collecte les fonds des unités n'ayant pas le quota prévu, fonds qui seront utilisés pour l'aménagement, la formation spécifique au poste de travail adapté proposé par l'unité qui embauchera une personne handicapée.

J'ai aussi participé à un atelier dans lequel se trouvait en force la fonction administrative et plus particulièrement les déléguées de l'éducation nationale. J'ai bien senti à quel point tout le monde était convaincu de la nécessité de créer des emplois pour les personnes handicapées, à condition que ce ne soit pas dans son service. Je voudrais que les faits me donnent tort, mais j'ai bien compris qu'on ne tenait pas accepter des personnes handicapées à l'éducation nationale. Qu'il conviendrait même de faire un texte dans ce sens.

Lors de la séance de conclusion, l'intervenant a souhaité qu'une personne du Fonds Local s'exprime. J'ai donc fait une remarque suivie d'une question. J'ai trouvé la journée très instructive, bien détaillée et profitable. Mais j'ai fait remarquer qu'il ne s'agissait pas seulement d'équiper un poste et d'assurer la formation à la personne handicapée si elle ne pouvait accéder à son lieu de travail parce que la chaîne du déplacement prévue à l'article 45 de la loi 2005-102 n'était pas correctement appliquée. Je demandais qu'un groupe de réflexion soit créé au sein du FIPHFP pour amener la fonction territoriale, qui fait partie de trois fonctions, à intervenir d'une manière plus positive dans la réalisation de cette chaîne qui est de sa compétence alors que ce sont ses carences qui entraînent des difficultés pour les déplacements des personnes handicapées.

Je n'ai eu droit qu'à une réponse vague et inconsistante de la part du responsable de FIPHFP. Je serai très étonné que ma remarque ait une suite. Et pourtant ?

Retour la chronique du Président