retour accueil

 

UNION NATIONALE DES MOINS VALIDES

Siège social : La Maison pour tous 249, rue Vendôme 69003 Lyon

adresse courrier 14, chemin des Prairies 69850 DUERNE
unionnationale.moinsvalides@wanadoo.fr
Expliquer Eduquer Exiger
 

ANALYSE de l'ARRETE du 8 avril 2002
Modifiant les conditions de mise en œuvre de la signalisation routière JO du 25 avril 2002
6ème partie

Feux de circulation permanents

Outre que cet arrêté ne convient pas du tout aux personnes aveugles ou malvoyantes qui ont l'habitude d'utiliser des répétiteurs, actionnés par télécommande, à messages parlés sur les deux phases du feu piétons, le système préconisé pose plusieurs problèmes.

D'ordre technique :
Une commande manuelle par bouton poussoir n'est pas décelable par un aveugle. Pour les malvoyants, elle peut être utilisée mais le bouton poussoir très salissant n'est pas nettoyé. De plus toute action tactile exige que l'utilisateur ait une main libre. Le chien ou la canne dans une main, le sac ou les courses dans l'autre, comment manœuvre-t-on ? Alors que la télécommande par son volume réduit et sa maniabilité convient parfaitement. Elle peut accessoirement se fixer sur la canne.

De plus les ''tactiles'' sont facilement vandalisés et exigent une maintenance coûteuse qui n'existe pas avec les activations par télécommande.

Quant aux définitions des messages préconisés, elles ne sont pas conformes aux textes en vigueur qui prévoit " une norme ". Cette norme n'existe pas car l'AFNOR, organise privé sérieux ne tient pas à ternir son image de marque exemplaire en cédant aux pressions exercées par les technocrates des ministères alors que le consensus ne pourra exister avec une telle méthode, les utilisateurs ayant fermement prévenus de leur action contre l'AFNOR pour le cas où la normalisation serait éditée. Les messages sonores proposés par le CERTU diffusées récemment par cassettes audio ne relèvent que de la préconisation et non de l'application du décret 99-756. La cassette audio n'étant pas admise en preuve juridiquement, ils n'ont donc aucun caractère d'obligation.

Les messages ainsi préconisés ne permettent pas d'équiper des traversées complexes, ce qui est pourtant possible et déjà en place avec les messages parlés. Ces derniers sont nettement plus efficaces car élaborés AVEC des personnes aveugles.

D'ordre juridique :
Si les sonorités du message de la phase vert piétons sont utilisés par un tiers pour son usage personnel : téléphone portable, jeu, sonnerie de tram, etc, son émission risque de causer des problèmes aux aveugles qui croiront entendre le signal de traversée. Les technocrates du ministère avaient promis que ce message serait déclaré " exclusif ", c'est à dire que personne ne pourrait l'employer. Pour assurer l'exclusivité, il faut une procédure lourde et complexe. D'autre part, il faudra désigner une autorité qui contrôlera l'application, à la fois de l'exclusivité mais aussi de la qualité dans le temps du message. Et il faudra aussi prévoir un texte au pénal pour expliciter les moyens de contrôle et les sanctions contre les contrevenants.

Il ressort des textes actuels et des réponses faites par les ministères que cet aspect de protection et de sécurité ait été abandonné devant la complexité de la situation créée par les technocrates. C'est alors la sécurité des personnes qui est compromise VOLONTAIREMENT.

En cas d'accident survenant par l'utilisation de ces messages préconisés et non imposés c'est l'autorité installatrice qui sera responsable et non les technocrates du ministère.

Vu que rien n'est prévu pour sanctionner les contraventions au texte puisqu'elles ne sont pas définies, l'élu qui prendra la décision du choix des messages parlés n'aura rien à craindre puisqu'il aura choisi le moyen le plus apte à l'équipement des traversées et a assurer la sécurité des utilisateurs et qu'il ne pourra être poursuivi pour ce choix. Il aura la précaution de s'assurer, comme le prévoit la circulaire interministérielle 2000-51 du 23 juin 2000 (signée, elle, par des ministres et non des subalternes) de l'avis des utilisateurs locaux.

Le conseil que nous donnons est simple : simplifiez-vous la tâche en faisant confiance, comme déjà 180 villes, aux conseils donnés par les utilisateurs.

Nous ne nous déclarons pas " experts " comme certains l'ont fait, nous sommes seulement des gens d'expérience et des professionnels du déplacement en site difficile. Vous pouvez nous contacter à tous moments, nous nous ferons un plaisir de vous fournir toutes les indications utiles où que vous vous trouviez.

Et nos actions sont gratuites. Plusieurs villes nous ont écoutés et poursuivent les installations de messages parlés, faites comme elles. Certains maires se sont aperçus, à leurs dépens, que les handicapés visuels étaient aussi des électeurs.